Manifeste de vie

vivreAGAP2015

Parce qu’elle est source de tout, parce qu’elle représente le temps qui passe, parce qu’elle nous apprend, parce qu’elle nous donne, nous reprend, parce qu’on ne la comprend pas toujours; parce que c’est elle, la vie. Malgré ses amertumes, il faut avancer, recommencer pour vivre de nouveau sans oublier.

Parce que l’on n’oublie pas ces tristes moments, tout comme on n’oublie pas qu’il y a eu et qu’il y aura des moments meilleurs. Ce « parce ce que » souvent associé chez nous à Toulon sur les terrains de rugby on le prête volontiers à Paris, ne serait-ce l’instant d’un souvenir. Se remémorer un lieu de la capitale, une odeur, un goût et voir se dessiner sur notre visage un sourire ainsi que des étoiles remplir nos yeux. Parce que pour chacun d’entre nous, Paris à « son quelque chose » de particulier.

Ces derniers jours, il me fut difficile d’écrire, trop d’émotions peut-être… Comment se remettre à ce que l’on fait de mieux? Vivre.

J’ai lu, relu un livre offert par une magnifique personne. Dans le récit Le Sel de la vie, Françoise Héritier énumère les plaisirs simples de la vie mettant en avant des perceptions, des sensations, des souvenirs. Voici quelques passages qui me rappellent cette chère Amélie Poulain, plongée dans cette atmosphère légère qu’est Paris dans le film et que j’adore…

« Il faut voir dans ce texte une sorte de poème en prose en hommage à la vie. (…) Il y a une forme de légèreté et de grâce dans le simple fait d’exister, au-delà des occupations, au-delà des sentiments forts, au-delà des engagements politiques et de tous ordres, et c’est uniquement de cela que j’ai voulu rendre compte. De ce petit plus qui nous est donné à tous: le sel de la vie. (…) Si vous tablez sur une durée de vie moyenne de 85 ans, soit 31 025 jours, avec  toujours en moyenne et à la louche, 8 heures de sommeil par jour; 3h30 pour les courses, la préparation des repas, (…) 1h30 pour l’hygiène, les soins du corps, les maladies, etc (…)140 heures de travail par mois sur 45 ans, à raison de 6 heures par jour, mais sans tenir compte du plaisir que l’on peut y prendre (…) que reste-t-il au citoyen et à la citoyenne lambda pour les activités qui font le sel de la vie? Les vacances, le théâtre, le cinéma, l’opéra, les concerts, les expositions, la lecture, la musique que l’on écoute (…), les visites amicales, le farniente, l’écriture, la création, la rêverie, (…). Il s’agit néanmoins de choses très sérieuses et très nécessaires pour conserver du « goût »: je vous parle des frémissements intimes qu’apportent de petits plaisirs, des interrogations et même des déconvenues si on leur laisse le loisir d’exister.  Je continue.

… j’ai oublié les fous rires, les coups de fil à bâtons rompus, les lettres manuscrites, les repas de famille (certains) ou entre amis, les bières au comptoir, les coups de rouge et les petits blancs, le café au soleil, (…) la béatitude des fraîches soirées d’automne, les couchers de soleil, (…) lire en paix son journal, feuilleter des albums photos, (…) danser (ah! danser!), sortir et faire la fête, (…) jouir du spectacle de la rue, retrouver des amis qu’on a pas vus depuis des lustres, prêter vraiment l’oreille aux autres…

J’oublie tellement de choses encore.

Et vous, qu’est-ce qui vous manquerait le plus si tout cela devait disparaître à jamais de votre vie? (…)

La liste serait bien longue et tant mieux car nous avons tout à faire, mais avant tout profiter de la vie.

Parce que c’est la vie, parce qu’elle est ainsi faite, parce que ça fait du bien d’écrire et parce que sans savoir pourquoi les jours suivants ce 13 novembre j’écoutais des chansons de Jacques Brel qui disaient vrai…

« Paris qui bat la mesure, Paris qui mesure notre émoi » – « Paris toujours … Paris l’amour … Paris la chance … Paris romance … Paris la France … Paris espoir (…) » – « La lumière jaillira et portera ton nom ».

A offrir sans modération: Le Sel de la vie, Françoise Héritier aux Editions Odile Jacob.

A écouter sans modération: La valse à mille temps, Les prénoms de Paris, La lumière jaillira, Jacques Brel.

Parce que les mots et la musique doivent exister comme nous nous devons vivre.

  1 comment for “Manifeste de vie

  1. MINOU
    1 décembre 2015 at 19:07

    Merci pour cet hymne a la vie ô combien précieux. Beaucoup d’émotion. Oui revenons a des fondamentaux, des plaisirs simples.

Comments are closed.