Pain au feu de bois à Camps-la-Source

Qu’est ce qu’on est bien dans son confort quotidien n’est-ce pas? Il y a quelques de temps de ça, fermait à Brignoles une des boulangeries à laquelle j’étais attachée depuis mon enfance: le Puits d’amour (c’était bel et bien écrit pourtant…). La faute récurrente revient une fois de plus à l’envahisseur consumériste et gargantuesque qu’est l’agroalimentaire ayant bien pris ses aises à la périphérie de nos coeurs de ville. C’est donc avec des trémolos dans la voix que je demandais à la boulangère ce qui fut mon dernier croissant au chocolat: un feuilleté aérien dont la croûte cuite au feu de bois n’était autre que divine, au goût proche d’une brioche feuilletée et ces souvenirs incessants et inoubliables qui ne s’altèrent jamais. Mon seul regret, de ne pas avoir tout simplement demandé la recette pour qu’elle puisse être transmise à qui de droit, à celui qui aurait su me faire revivre encore et encore ce moment subtil d’émotions gustatives… Et même si ma curiosité quotidienne des bonnes choses me permet de découvrir sans cesse de nouvelles adresses, j’aimais bien l’idée d’être attachée à ce lieu, qui n’avait jamais changé et où j’avais mes habitudes.

Le four communal du XVII siècle

C’est donc dans ces cas-là qu’intervient le fameux rebondissement! L’envie de retrouver ce goût, cette émotion et de pouvoir les partager… C’est au cours d’une mes balades matinales que j’ai remarqué cette petite boulangerie au sein du village de Camps-la-Source: même si elle est inévitable de la route, la devanture reste discrète et on pénètre ici dans une vieille boulangerie rurale comme un retour dans le temps. Ma première visite fut une agréable surprise, un échange avec la femme du boulanger qui me présente les produits de la maison dont elle me raconte l’histoire: tous les pains, les gâteaux, les biscuits et les viennoiseries sont cuits dans le four communal par son mari qui se situe au coeur du centre historique, un peu plus haut. Et là, je redeviens la gamine à qui la gentille boulangère offre une brioche au sucre… Les souvenirs remontent, bref c’est une bonne adresse.

La brioche qui m’a fait craquer…

Le pain est à croquer tout simplement, avec un beurre cru et quelques grains de sel, j’en ferai des apéritifs à refaire le monde! Après plusieurs visites, j’en veux plus (jamais assez de bonnes choses me direz-vous!) et le rendez-vous est pris avec Claude le boulanger. Bien que l’heure soit matinale, il m’a épargné le réveil nocturne pour la mise en chauffe du four à bois. Un peu plus haut, face à l’église et à la mairie trône la rue du Four, impossible de rater l’entrée aux côtés de l’énorme tas de bois et les bidons de cendres…

Claude, le boulanger du Palais Gourmand

C’est alors que la conversation s’engage entre brioches, pains au chocolat et cette odeur alléchante des dernières baguettes qui cuisent dans le four avant d’être livrées dans un des villages voisins… Claude est avant tout un artiste, avant de façonner la pâte il a reçu une formation d’ébéniste à Marseille, puis, la vie à fait qu’il s’est orienté vers le métier de boulanger. Ainsi, ce perfectionniste s’affaire depuis trente ans à travailler les meilleurs produits qu’il me montre avec le plus grand respect: la farine est haut de gamme tout comme le beurre et les autres ingrédients. C’est avec la plus grande attention que je l’écoute, entre deux clients qui passent la porte pour acheter leur baguette à même le trottoir, me raconter l’histoire de ce four communal datant de 1670 dans lequel chaque jour il sort près de 300 pièces et qui nécessite une quantité de bois impressionnante pour son utilisation (5 stères toutes les 3 semaines!).

Prêtes à être dorées…

Après une heure de conversation avec Claude, je redescends à la boutique échanger avec son épouse. Au Palais Gourmand, les pains sont variés et en fonction des saisons (châtaigne, figues…) mais si l’histoire s’arrêtait là… Afin de proposer le meilleur à ses clients, Claude confectionne également des navettes à la fleur d’oranger et à l’anis, des marrons glacés, des tartes aux pignons (mon pêché mignon), des gâteaux d’anniversaire qui sont « exquis » d’après les confessions d’une mamie venue acheter son pain et une tarte au flan cuite au feu de bois à se damner! (m’ayant donné les proportions, je vais essayer d’en réaliser une prochainement…).

La Campsoise, la baguette de la maison

C’est donc une belle adresse que je vous livre aujourd’hui: un lieu chargé d’histoire au sein duquel des personnes s’investissent pour préserver les traditions et les recettes de terroir qui bientôt sera reprise par un jeune couple à qui je souhaite tout ce bel amour du métier.

 

Parce qu’il est toujours bon de se régaler de valeurs sûres… Belle balade gourmande.

Flan pâtissier cuit au feu de bois

Le Palais Gourmand. Rue Marcellin Marin l 83170 CAMPS LA SOURCE

Horaires d’ouverture: Du lundi au vendredi de 7h à 12h30 et de 16h à 18h30 l Le samedi et le dimanche: de 7h30 à 12h30

Fermeture hebdomadaire: le mercredi

Bon comme…

 

Agenda d’avril…

AGAP vous informe sur les évènements gourmands et culturels de ce mois-ci…


Aller se balader à la 88ème Foire de Brignoles qui se déroulera du 1er au 9 avril et goûter le fameux « chichi » du Péché Gourmand… Se faire une toile au profit de la planète du 7 au 9 avril à Cotignac au festival de la Terre.  Déguster une sélection des meilleurs vins de France et du monde au salon du vin de Saint-Tropez le 8 et 9 avril. Au cours du week-end de Pâques, se rendre au domaine du Clos des Roses à Fréjus le samedi 15 avril pour une chasse aux oeufs, une dégustation du millésime, d’organiser un pic-nic ou de se restaurer sur place. Plus dans les terres, participer le même jour à la journée Nature et gourmandise au Château Saint Martin à Taradeau.

 

La passion du pain et de la pâtisserie par Maison Murat (Aix-en-Provence)


Aujourd’hui, AGAP est parti en dehors des sentiers battus de la Provence Verte à la découverte d’une nouvelle boulangerie-pâtisserie toute fraîchement ouverte depuis hier!

Tout nouveau…

 

Gare à vos papilles, Yohann, artisan boulanger-pâtissier aux commandes de la Maison Murat vous accueille dans une boutique vêtue de marbre blanc et de bois brut… C’est alors que magnifiquement le défilé s’opère dans cet écrin chaleureux et luxueux: des pains variés et généreux, une mie dense et une croûte divine à croquer; des biscuits secs, des petits fours, des cakes à partager (ou non!), des viennoiseries dorées à souhait et ces pâtisseries qui vous font de l’œil. Un pur instant de bonheur où toute l’équipe dynamique et professionnelle vous conseillera au mieux pour parfaire votre dégustation gourmande.

 

Baguette « 2 blés »

 

Malgré une folle envie de tout goûter, il a fallut se faire une raison (il faut que je songe sérieusement à une extension de mon estomac…!) pour ne se laisser tenter que par quelques pièces… Ainsi, je me suis délectée d’un croissant aux pignons digne d’un souvenir d’enfance tout comme la brioche à la glace royale que m’achetait ma grand-mère lorsque j’étais toute petite…

 

Sobriété et élégance, la devanture de la Maison Murat

 

Le choix du pain s’est porté sur leur spécialité, la baguette « 2 blés » qui a été croquée telle quelle et sublimée d’une simple noisette de beurre cru à l’apéritif…

 

Sélection gourmande côté pâtisserie

 

Quant à la pâtisserie, la tarte aux pignons et le Paris-Brest n’ont fait que confirmer la suite de cette dégustation gourmande: des produits de qualité, travaillés avec le plus grand soin et de la passion, toujours la passion…

Une mention spéciale pour leur tarte sablée aux calissons et oranges confites qui parfait le tout!

 

Tarte sablée aux calissons

 

Un grand merci à toute l’équipe pour l’accueil qui m’a été réservé lors de mon passage à la Maison Murat. Je souhaite le meilleur à venir à Yohann qui, passionné par ce beau métier qui l’anime tend à nous rendre notre âme d’enfant lorsque l’on pénètre dans cette belle maison. Puisse-t-elle devenir une institution, c’est tout ce qu’elle mérite…

 

Yohann Murat

 

Passage obligé lors de votre balade à Aix-en-Provence:

Maison Murat – 5, rue d’Italie -13100 AIX-EN-PROVENCE. 04.42.38.40.91

 

Sélection de bons pains…


 

Playlist Spotify Cooking by AGAP

Laver, éplucher, rincer, découper, ciseler… Mélanger, saisir, rôtir, déglacer… C’est bien connu, en cuisine les gestes doivent être précis, attentionnés et rythmés. C’est pour cela qu’AGAP vous dévoile aujourd’hui sa playlist Cooking ! Bref, à force d’aiguiser nos papilles quotidiennement en cuisine et à table, l’idée de cette cette playlist était une évidence.

Enceinte aGlow by KREAFUNK

 

Après plusieurs semaines d’écoute, plusieurs versions, voici une playlist qui rythmera toutes les étapes nécessaires du retour du marché jusqu’au café. Des rythmes rapides pour la mise en place, la préparation, en passant par un tempo plus lent pour la cuisson ou le mijotage, des variations en fonction des tâches (on a même prévu l’étape vaisselle c’est pour dire!!!!). On en a pas pour autant oublié l’apéro, le passage à table et même une fin de repas que l’on vous souhaite des plus agréables et délicieuses…

Vous trouverez le lien de la playlist ci-dessous: https://open.spotify.com/user/villagrammont/playlist/773Pga42PYrbvPZt0qTNIh

 


Parce que les bons sons rythment les bonnes choses… et vice-versa…

Tatin d’endive caramélisée au sirop de framboise

Voici une recette qui ravira tous les nostalgiques de la tarte tatin. Il s’agit tout simplement d’une revisite de la célèbre tarte des sœurs tatin en version salée. Dès que l’on parle d’endive, ça remémore forcément de mauvais souvenirs gustatifs pour certains… Je vous place le décor: une table en formica blanche, une assiette transparente Duralex et de deux belles endives bien pleines d’eau cachées sous une tranche de jambon recouvertes de béchamel… Le souvenir « cantine », ça vous revient ? Aujourd’hui AGAP a décidé de vous faire oublier tout ça et de remplacer nos jolies pommes bien sucrées pour faire la part belle aux endives, toutes aussi meilleures grâce à l’intervention de la framboise ! Laissez-vous tenter, vous ne risquez rien à part d’être agréablement surpris !

 

Tatin d’endive

Vous ayant déjà donné à plusieurs reprises la recette de la pâte demi-feuilletée aux petits-suisses, je vous propose de prendre cette pâte à tarte en guise de base pour cette recette. Afin d’ obtenir une belle coloration des endives, je vous conseille de préparer cette recette dans un plat émaillé allant au four. Personnellement, je l’ai réalisée dans une vieille poêle en fonte le Creuset chinée dans une brocante.

AGAP en avait un peu marre des explications traditionnelles et détaillées des recettes. Je vous propose désormais des recettes succinctes narrées, avec des préparations de base qui vous permettront de laisser libre cours à votre imagination. Vous pouvez aussi bien préparer cette recette avec différents légumes de saison: céleri rave, carottes, panais… (s’agissant de légumes racines, faites-les blanchir quelques minutes ou 10 minutes à la vapeur suffiront)

La tatin d’endive

Pour deux personnes, préparez une pâte demi-feuilletée (avec 2 petits-suisses) et laissez-la reposer au minimum une demi-heure au réfrigérateur. Cuire deux belles endives à la vapeur durant 10 minutes. Les laisser refroidir totalement et bien les presser afin d’enlever le maximum d’eau.

Dans une poêle ou un plat allant sur le gaz et au four, mettre une noix de beurre et une lampée d’huile, faire caraméliser les endives. Une fois qu’elles sont bien dorées, ajouter quelques cuillères à soupe de sirop de framboise, et laissez caraméliser quelques minutes.

Sortir la pâte du réfrigérateur, l’étaler en fonction de votre moule et la déposer sur les endives en veillant à bien rentrer les bords à l’intérieur du plat. Faire cuire à four chaud durant une vingtaine de minutes jusqu’à ce que la pâte soit bien dorée.

 

Sortir la tarte du four et la laisser reposer sur une grille. Avant de la déguster, passez-la quelques instants au four pour la tiédir.

Servir avec une salade de jeunes pousses.