Étiquette : nostalgie

Douceur d’hiver: suisses aux châtaignes et confit d’oranges amères 

Quand ça souffle fort dans les mélèzes et que le froid fait claquer les dents, une solution s’impose: de la douceur!!!!

Voici une association magique qui vous transportera, le temps de quelques cuillerées, aux pays des merveilleuses papilles.

Suisses à la confiture de châtaignes et au confit d’orange • Table Ethnicraft – serviette by AGAP – bol chiné chez Emmaüs

  • Comment faire un confit d’oranges amères express?

Dans votre panier: 4 oranges amères bio – 1 orange bio – de l’eau – 70g de sucre complet – 1 pincée d’agar agar

À l’aide d’un économe zester les oranges, veiller de ne pas prendre trop de peau blanche sinon l’amertume serait vraiment de trop !

Récolter le jus de l’orange douce et réserver.

Couper les oranges amères et récupérer les quartiers. Les détailler en petits dés.

Dans une casserole, mettre le jus d’orange, les zestes, les dés d’oranges amères et le sucre. Couvrir d’eau jusqu’à un doigt au dessus des oranges.

Porter à ébullition, puis baisser le feu et oublier la casserole 2 heures environ. Au bout de ce temps, ajouter la pincée d’agar agar, remuer durant 2 minutes puis retirer du feu.

Mettre en pot et laisser refroidir jusqu’à dégustation.

Confit d’oranges amères • Pot Weck

Pour la confiture de châtaignes, je vous conseille d’acheter une confiture artisanale. Personnellement, j’adore celle de chez Sabaton. Vous pouvez aussi craquer pour la crème de marrons, par contre sachez que la quantité de marrons au 100g sera inférieure que la quantité de châtaignes pour une confiture (44g contre 50g).

Pour le reste, prenez quelques petits suisses bio (ou du fromage blanc, de la crème double…), les mettre dans un joli bol, verser 3 cuillerées à soupe de crème de marrons et 2 cuillerées à café de confit d’oranges amères. Régression totale assurée!

Le plus +

Vous pouvez servir ces suisses avec des meringues ou des biscuits la farine de châtaigne (dans les épiceries bio).

Manifeste de vie

Parce qu’elle est source de tout, parce qu’elle représente le temps qui passe, parce qu’elle nous apprend, parce qu’elle nous donne, nous reprend, parce qu’on ne la comprend pas toujours; parce que c’est elle, la vie. Malgré ses amertumes, il faut avancer, recommencer pour vivre de nouveau sans oublier. Parce que l’on n’oublie pas ces tristes moments, tout comme on n’oublie pas…